La maladie de Lyme

28 mars 2017

Qu’est-ce que la maladie de Lyme?

Transmise principalement par la piqûre d’une tique infectée (les araignées, les taons… pouvant aussi transmettre la maladie), c’est une maladie infectieuse (à déclaration obligatoire au Canada) provoquée par une bactérie, la Borrelia burgdorferi. La maladie de Lyme ou borréliose de Lyme est ce qu’on appelle une zoonose c’est à dire une maladie infectieuse touchant les animaux et qui peut être transmise de l’animal à l’Homme tout comme l’est la peste ou la rage. Découverte en 1975 pour la première fois dans la ville de Lyme (Connecticut) aux USA, la maladie se transmet au Canada principalement par l’intermédiaire de deux espèces de tiques bien définies:

  • la tique occidentale à pattes noires (Ixodes pacificus) en Colombie-Britannique
  • la tique à pattes noires (Ixodes scapularis ou tique du cerf (ou du chevreuil)) dans le reste du Canada

Dès lors que le sujet a été mordu, la maladie va évoluer par stades passant alors de la peau au sang et dans les tissus:

  • Le stade 1: l’infection reste latente au cours des premières heures (de 12 à 24 heures) après la morsure
  • Le stade 2: l’infection commence à se propager dans les jours et semaines qui suivent la piqûre
  • Le stade 3: l’infection devient chronique car aucun diagnostic n’a été posé et aucun traitement n’a été administré et ce plusieurs mois voir plusieurs années après la piqûre

Il faut savoir que la maladie de Lyme se soigne très bien lorsque cette dernière est diagnostiquée très tôt, c’est à dire au premier stade d’où l’importance de la prévention et du diagnostic, on va le développer ci-après.

Les tiques, le vecteur de la borréliose

Les tiques, attention danger!

Le diagnostic de la maladie reste très compliqué pour la simple et bonne raison que le vecteur de la maladie à savoir la tique est un parasite (acarien ectoparasite) de très petite taille dont la piqûre est indolore et peu visible. Vivant dans des endroits boisés et humides (forêt, bois, herbes hautes…) les tiques s’attaquent à l’Homme et aux animaux sans distinction. Se nourrissant d’animaux infectés tels que les rongeurs, les oiseaux, les cervidés… c’est dans ce contexte qu’elles deviennent elles-mêmes porteuses de cet agent infectieux qu’elles transmettront alors à l’Homme, la piqûre transmettant toutes les bactéries que la tique a pu emmagasiner lors de tous ses précédents repas.

A noter que la tique peut transmettre la maladie de Lyme mais aussi la tularémie ou encore la fièvre pourprée des Montagnes Rocheuses, un même patient pouvant donc être touché par la maladie de Lyme et par des co-infections (infection à Bartonella notamment)
La famille de tiques connue au Canada comme étant le vecteur numéro 1 de transmission de la maladie reste la tique Ixodes, une tique ayant des caractéristiques bien particulières:

  • une couleur noire
  • 8 pattes
  • une taille allant de 5 mm à plus de 20 mm à l’âge adulte notamment lorsque la tique s’est alimentée

LA PRÉVENTION EST DONC DE MISE

Les tiques, attention danger!

La maladie de Lyme est de plus en plus présente au Canada (le nombre de cas a été multiplié par 10 en moins de 10 ans) (le réchauffement climatique est certainement une des causes). Il faut donc suivre quelques conseils de bon sens surtout du printemps à l’automne là où les risques de piqûre sont les plus forts vu que les tiques sont les plus actives.

Il faut être conscient d’une que si les tiques vivent au niveau du sol, elles sont parfaitement capables de faire des sauts pour s’attaquer à leurs nouveaux hôtes et de deux qu’elles voyagent sans aucun problème par l’intermédiaire des animaux de compagnie (chiens, chats…)
Donc lors d’une ballade en forêt (recherche de champignons, chasse…), un camping sauvage ou si vous êtes un professionnel (garde forestier, bucheron…) travaillant dans des zones à risques, des gestes simples doivent être effectués scrupuleusement après chaque sortie pour une prévention optimale:

  • portez des vêtements couvrant votre corps et plus particulièrement vos jambes (évitez les shorts et les chaussures ouvertes)
  • évitez les vêtements foncés (le repérage des tiques étant alors plus difficile)
  • utilisez un répulsif contenant du DEET (N,N-diéthyl-3-méthylbenzamide) et appliquez-le sur vos vêtements
  • vérifiez chaque partie de votre corps. Soyez vigilent avec les enfants.
  • prenez une douche afin de vous débarrasser des tiques qui ne seraient pas encore attachées
  • vérifiez les animaux qui peuvent ramener des tiques dans la maison. Utilisez des produits contre les tiques pour votre animal de compagnie.

Il convient de plus d’entretenir vos espaces verts afin d’éviter la propagation des tiques près de votre habitat (pelouse tondue régulièrement afin d’éviter les herbes hautes…)

ET SI JE ME FAIS PIQUER PAR UNE TIQUE, QUE FAIRE?

Plus la tique est retirée tôt après la morsure et moins l’agent pathogène aura de chances de se transmettre à l’Homme.

A l’aide d’une pince à épiler ou d’une pince à tiques que l’on peut acheter en pharmacie, vous allez presser la tique au niveau de la tête et tirer doucement mais sans vous arrêter, le corps de la tique se retrouve alors bien droit donc perpendiculaire à la peau. Désinfectez la plaie après avoir retiré la tique mais surtout pas avant quand la tique est encore attachée à la peau. Cela peut prendre plusieurs secondes pour la retirer car l’hypostome de la tique, c’est à dire le système d’attache de la tique à sa proie (composé de dents) est le plus souvent très résistant.

Les symptômes de la maladie de Lyme

Les symptômes de la maladie de Lyme sont nombreux et ils diffèrent selon les patients ce qui rend la pose du diagnostic encore plus difficile, cette maladie ayant en plus de nombreux points communs avec une simple grippe ce qui ne va pas alerter le patient immédiatement, la piqûre de tique étant en plus souvent passée inaperçue. Le lien de cause à effet n’est donc en général pas fait par le patient.

Plus la maladie est diagnostiquée tôt et plus le traitement est efficace avec de bonnes chances de guérison. Dans le cas contraire, la maladie devient chronique avec une propagation à d’autres organes: les articulations et le système nerveux d’où l’importance de bien prendre en considération tous les symptômes au plus vite.

MALADIE ÉVOLUTIVE, IL EXISTE 3 STADES:

Le stade 1: au bout de quelques jours, en général une semaine, autour de la piqûre se forme une éruption cutanée rouge d’aspect circulaire. Puis entre une à deux semaines après la morsure, si aucun traitement n’est mis en place, apparait ce qu’on appelle un érythème migrant, c’est à dire que la rougeur s’étend de plus en plus, signe que la bactérie est passée dans le sang. Cela s’accompagne en général de symptômes grippaux tels que des frissons, une grosse fatigue, des ganglions lymphatiques enflés, des maux de tête, de la fièvre, une faiblesse, des courbatures… Encore une fois, même au stade 1, ces symptômes n’apparaissent pas chez tous les patients et chez la plupart d’entre eux les symptômes du stade 1 disparaissent d’eux-mêmes ce qui ne veut pas dire que la maladie a disparu, c’est même tout le contraire.

Le stade 2: au bout de quelques semaines voir plusieurs mois après la piqûre de tique, la maladie va se propager à d’autres organes. La maladie s’aggrave et elle va toucher le système nerveux, les articulations, la peau mais aussi des organes vitaux comme le cœur.
Dès lors, on peut observer les symptômes suivants:

  • des paralysies de membres ou des paralysies faciales
  • une méningite
  • un rythme cardiaque irrégulier, une myocardite, une péricardite…
  • un érythème qui continue de progresser
  • des troubles visuels, une conjonctivite…
  • des douleurs articulaires de plus en plus intenses
  • des troubles cognitifs (des difficultés à penser)
  • des hépatites

Le stade 3: si rien n’est fait, tout le corps est atteint, les symptômes pouvant alors engendrer des maladies chroniques telles que l’arthrite. D’autres symptômes peuvent apparaitre mais aussi s’aggraver:

  • des troubles digestifs et urinaires
  • des kystes
  • un érythème qui s’aggrave
  • des douleurs musculaires de plus en plus handicapantes, le patient ayant alors l’état physique d’une personne de 70 ou 80 ans
  • une atteinte cardiaque plus sévère (tachycardie, extrasystoles)
  • une atteinte cérébrale aggravée (troubles visuels, troubles de la mémoire…)
  • des problèmes respiratoires

Le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme

Un diagnostic souvent compliqué

Le diagnostic est souvent compliqué car les symptômes les plus évidents (dont l’érythème) ne sont pas systématiques chez tous les patients donc ils ne font pas toujours pencher la balance vers la maladie de Lyme. Les médecins ne pensent malheureusement pas immédiatement à la borréliose d’où un diagnostic souvent erroné qui transforme la reconnaissance de la maladie de Lyme du patient afin d’avoir un traitement adapté en véritable parcours du combattant.
Les signes cliniques et un questionnement du patient méthodique (piqûre d’une tique, présence du patient dans une zone à risques…) amèneront le médecin à demander un examen sérologique spécifique.

A noter qu’il faut attendre 4 à 6 semaines après la morsure de la tique pour que les anticorps se développent dans le sang, toutes analyses de sang qui seraient réalisées trop tôt engendreraient alors des résultats faussement négatifs. Le médecin devra cependant prescrire un traitement antibiotiques au plus vite même si les résultats sanguins ne sont pas encore connus afin justement de bloquer la propagation de la bactérie.

Les tests sanguins en laboratoire sont les suivants, ces analyses recherchant les anticorps combattant l’infection, deux tests qui seront demandés conjointement (l’un n’allant pas sans l’autre) :

  • tout d’abord on procède à un test ELISA
  • puis à une sérologie par Western Blot qui viendra confirmer le premier résultat s’il est positif

D’autre examens complémentaires:

  • le Test de Transformation Lymphocytaire (TTL)
  • un examen par réaction de polymérisation en chaîne ou PCR, un examen très efficace car on recherche alors l’ADN de la maladie de Lyme dans le corps du patient.
  • une ponction lombaire en cas de doute après des résultats sanguins négatifs.
Un traitement efficace si le diagnostic est posé rapidement

L’efficacité du traitement repose sur la précocité de prise du traitement et donc du diagnostic. Un patient traité au stade 1 aura beaucoup plus de chances de voir une guérison totale de la maladie.

Les principaux traitements sont les suivants:

  • Une prise d’antibiotiques par voie orale plus adaptée au stade précoce de la maladie (stade 1). Ce traitement dure en général de 2 à 3 semaines. Les principaux antibiotiques sont à base de Doxycycline, d’Amoxicilline et de Céfuroxime.
  • Un traitement antibiotiques par injection intraveineuse (ceftriaxone) sera préconisé pour les patients ayant été diagnostiqués à partir du stade 2 de la maladie.
  • Un traitement antibiotiques par voie intramusculaire est aussi envisageable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *